5628 - Clown de Grangil

Par Thème Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.

Sous-catégories

  • Abstrait
    Aujourd'hui, on utilise le terme "peinture abstraite" pour désigner une pratique artistique ne représentant pas des sujets ou des objets du monde naturel, réel ou imaginaire, mais seulement des formes et des couleurs pour elles-mêmes que l'art contemporain poussera à son paroxysme, un demi-siècle plus tard. Le peintre Vassily Kandinsky est le fondateur de l'art abstrait. Il a peint sa première aquarelle abstraite Sans titre en 1910 (en réalité elle est antidatée). Selon le philosophe Michel Henry, « Kandinsky appelle abstrait le contenu que la peinture doit exprimer, soit cette vie invisible que nous sommes. » (Voir l’invisible, sur Kandinsky) Au début du xxe siècle, le terme abstrait incluait aussi le cubisme ou le futurisme, genres dans lesquels il y a bien volonté de représenter le monde réel, sans l'imiter ou le copier mais plutôt en montrant les qualités intrinsèques. On représente ce qu'on sait d'un objet plutôt que ce qu'on en voit.
  • Bateaux
    Peinture de bateau
  • Trotteurs
  • Clowns
    Depuis quelques années, les peintures de clowns plaisent énormément. Vous retrouverez sur le site de la galerie Autour d'un Cadre tous types de peintures de clowns. Ces toiles de qualité sont très colorées et raviveront les couleurs de votre intérieur. Toutes ces peintures sont des originaux. Les visages de ces clowns disparaissant sous le maquillage, ils sont vêtus de façon spectaculaire. Les clowns se partagent traditionnellement en augustes et en clowns blancs. Alors contemplez ces tableaux, toiles et peintures de Clowns.
  • Fleurs
    Ephémère Eternité "Derrière la finesse de la fleur, de la délicatesse de sa robe ou de son drapé s’offre un coeur ouvert, généreux, sublime. Un coeur à nu ! Saisir l’essence véritable de la fleur dans l'apogée de la maturité de son existence à travers un jeu de lumière et de couleur est rendu à merveille par un subtil échange avec du pastel sec. L’énergie vitale se déverse sur nous comme une cascade. Nous sommes comme inexorablement attirés vers cet élan de vie et d’énergie florale."
  • New York
    La ville de New York est difficilement dissociable de ces nombreux gratte-ciel qui recouvrent la ville par leur taille gigantesque. La ville de New York compte a elle seule plus de 45 buildings supérieurs à 200 mètres. De nombreux peintres se sont passionnés à représenter New York sous forme de peintures, tableaux, toiles d'art moderne et contemporain. Retrouvez les tableaux exclusifs de New York. Ces peintures de New York sont magnifiques. Chaque toile est originale. Ces peintures nous montrent la vitalité de New York dans le domaine de l'art contemporain.
  • Paris
    Peintures de Paris
  • Paysages
    Peintures de paysages
  • Golfeur
  • Musiciens
    Peintures de Musiciens
  • Nature morte

    L'expression nature morte désigne un sujet constitué d'objets inanimés (fruits, fleurs, vases, etc.) ou de cadavres, puis, par métonymie, une œuvre (en peinture ou en photographie, etc.) représentant une nature morte. Le terme n'apparaît qu'à la fin du XVIIe siècle. Jusque-là, seul le terme de cose naturali (choses naturelles) avait été utilisé par Vasari pour désigner les motifs peints de Giovanni da Udine. Ensuite en Flandre vers 1650, apparaît le mot stilleven pour des « pièces de fruits, fleurs, poissons » ou « pièces de repas servis », ensuite adopté par les Allemands (Stilleben) et par les Anglais (still-life), qui se traduirait par « vie silencieuse ou vie immobile ». En Espagne, l'expression pour parler des natures mortes est bodegones somines. L’expression « nature morte » apparaît en France au XVIIIe siècle. Diderot, dans ses Salons, parle de « natures inanimées ».

  • Vache

    Peinture de vache, tête de vache

  • Marine

    Une marine est un genre de peinture figurative dont le sujet est la mer, elle peut donc représenter les flots, les rives et des scènes de navires dans des situations diverses selon les époques : parfois en haute mer, parfois entrant ou sortant d'un port. Le tableau peut représenter des batailles, ou une lutte contre les éléments (océan en furie, vents de tempête). Traditionnellement le format de châssis, pour une marine est horizontal et plus allongé que celui du paysage.

  • Steve McQueen

    Terrence Steven McQueen (son vrai nom) vit une enfance solitaire et qui façonnera sa vie de manière indélébile. Abandonné par ses parents, Steve McQueen est élevé comme un orphelin. Son père, aviateur acrobatique, disparaît peu après sa naissance tandis que sa mère l'abandonne dans une ferme. Steve McQueen retrouvera celle qui l'a mis au monde quelques années plus tard mais ne lui pardonnera jamais de l'avoir délaissé. Adolescent incontrôlable, McQueen se mêle aux bandes de voyous de Los Angeles. Il quitte très tôt l'école et s'engage finalement dans la marine marchande puis avec la marine militaire (1947).

    Steve McQueen étudie la comédie à partir de 1952 à l'Actor's Studio. Il fait ses premiers pas sur les scènes de Broadway dans la pièce A Hatful of Rain en 1955. L'année suivante, il tourne dans son premier film, Marqué par la haine, sous la direction de Robert Wise. Solitaire et renfermé sur lui-même, agressif parfois, il est encore considéré avec beaucoup de réserves par les studios. Il finit néanmoins par obtenir le rôle qui le propulsera star de Hollywood, celui du chasseur de primes Josh Randall, dans la série téléviséeAu nom de la loi. Il jouera au total dans 94 épisodes pour trois saisons, de 1958 à 1961. 

    1958 est une grande année pour McQueen, puisqu'il obtient également cette année-là le premier rôle majeur de sa carrière avec Danger planetaire. Dans les années 60, l'acteur devient rapidement l'un des acteurs les plus convoités de sa génération. Il tourne à plusieurs reprises avec John Sturges, d'abord dans La Proie des vautours (1959). Il fait surtout partie du casting des Sept mercenaires aux côtés notamment de Yul BrynnerCharles Bronson, et James Coburn (1960). Il retrouvera encore Sturges en 1963 à l'occasion de La Grande évasion dans lequel il suggère lui-même l'idée de l'évasion à moto, une séquence devenue mythique.

    McQueen participe à L'Enfer est pour les héros avant d'accepter de tourner dans Une Certaine rencontre de Robert Mulligan (1963) ou il côtoie l'héroïne de La Fureur de vivreNatalie Wood. Joueur averti, Steve McQueen est ensuiteLe Kid de Cincinnati (1965), pour sa première collaboration avec Norman Jewison, avant de retrouver le réalisateur de ces débuts, Robert Wise - en pleine guerre civile chinoise - dans La Canonnière du Yang-Tse (1966). Son rôle lui vaut une nomination pour l'Oscar du meilleur acteur en 1967.

    En 1968, Steve McQueen tourne deux de ses films les plus célèbres. Le temps d'une partie d'échec, il joue un jeu de séduction torride avec Faye Dunaway dans L'Affaire Thomas Crown. Il enchaîne avec Bullitt (Peter Yates), film mythique dans lequel on retrouve les séquences de courses-poursuites les plus incroyables de l'histoire du cinéma. McQueen tentera encore (avec moins de succès) de lier son amour pour la vitesse et les courses automobiles avec le cinéma à l'occasion d'un film tout à la gloire des sports mécaniques, Le Mans en 1971. 

    Dans les années 70, Steve McQueen continuera de tourner dans des films aussi important que Le Guet-apens dePeckinpah (1972) - où il rencontre Ali McGraw, qu'il épouse l'année suivante - mais aussi Papillon de Franklin J. Schaffner (1973) ou encore La Tour infernale (1974) sous la direction de John Guillermin. Après, McQueen ne devient plus que l'ombre de lui-même. Il prend du poids, porte la barbe et la rumeur décrit de supposés problèmes de toxicomanie. Le comédien est en fait rongé par un cancer. Il ne tourne plus que très peu et finit par s'isoler au Mexique, à la recherche de nouveaux traitements pour se soigner. McQueen divorce d'Ali McGraw et se remarie une troisième fois avec une jeune top modèle, Barbara Minty. Il tournera son dernier film Le Chasseur, en 1980.